Menu
Institut de Biologie StructuraleGrenoble / France

Un nouveau moyen de lutter contre les infections fongiques mortelles

Les champignons pathogènes sont responsables d’infections généralisées mortelles, avec 800 000 victimes par an. Un consortium collaboratif* entre trois instituts de recherche de Grenoble, l’Institut Pasteur et l’Université de Californie du Sud a découvert que la protéine Bdf1, membre d’une famille ubiquitaire de facteurs régulant l’expression des gènes, est essentielle à la survie des champignons pathogènes. Ils ont identifié des inhibiteurs spécifiques de cette protéine capables de tuer les levures. Ce travail, publié le 18 mai 2017 dans la revue Nature Communications, ouvre de grands espoirs pour le développement d’une nouvelle classe de médicaments antifongiques. (Détails)

* Équipes de Carlo Petosa (Institut de Biologie Structurale), Jérôme Govin (Institut de Biosciences et Biotechnologies de Grenoble), Muriel Cornet (TIMC-IMAG-TheREx, CHU Grenoble Alpes), Christophe d’Enfert (Institut Pasteur) et Charles McKenna (University of Southern California, Los Angeles).

Selective BET bromodomain inhibition as an antifungal therapeutic strategy. Mietton F, Ferri E, Champleboux M, Zala N, Maubon D, Zhou Y, Harbut M, Spittler D, Garnaud C, Courçon M, Chauvel M, d’Enfert C, Kashemirov BA, Hull M, Cornet M, McKenna CE, Govin J, Petosa C. Nature Communications 8:15482.