Menu
Institut de Biologie StructuraleGrenoble / France

Contribution de l’IBS à la lutte contre le Coronavirus SARS-CoV-2

L’IBS est mobilisé pour lutter contre le Coronavirus SARS-CoV-2 à l’origine de la maladie Covid-19. Ainsi plusieurs projets de recherche ont démarré pour contribuer à la production de connaissances sur ce virus. Voici l’état des lieux des travaux engagés (au 18 mai 2020) :

La glycoprotéine S

Depuis début avril, une action concertée impliquant 5 groupes de l’IBS a démarré, avec l’objectif de produire la glycoprotéine d’enveloppe Spike du virus SARS-CoV-2. L’effort de ce collectif inédit va alimenter plusieurs projets visant à entraver l’attachement du virus aux cellules humaines et leur infection, comprendre son impact sur les défenses immunitaires. Cette action transversale implique les groupes "Membrane et pathogènes" de Franck Fieschi, "Structure et Activité des Glycosaminoglycanes" de Hugues Lortat-Jacob, "Complement, anticorps et maladies infectieuses" de Pascal Poignard, "Réponse immunitaire aux pathogènes et au soi altéré" de Nicole Thielens et "Entrée et bourgeonnement des virus enveloppés" de Winfried Weissenhorn. La plateforme de microscopie électronique de l’IBS est également impliquée dans ce projet et la coloration négative est utilisée de manière extensive pour caractériser les échantillons produits par les 5 groupes précédemment cités. Par ailleurs, les instruments de mesures d’interactions moléculaires mis à disposition par la plate-forme SPR/BLI serviront à caractériser les interactions de la glycoprotéine S avec ses partenaires/récepteurs.

Premier résultat

Développement des nanoparticules comme immunogènes pour les stratégies de vaccination

D’autre part, le groupe Microscopie Electronique et Méthodes de Guy Schoehn a obtenu un financement de l’ANR suite à l’appel à projets Flash Covid-19, lancé l’Agence Nationale de la Recherche le 06 mars dernier. Ce projet, coordonné par Pascal Fender et soutenu financièrement grâce à l’aide de la région Auvergne Rhône-Alpes, s’intitule "CoV-Mime". Il implique l’équipe ’Adénovirus’ dirigée par Pascal Fender et la plateforme de microscopie électronique, pilotée par Guy Schoehn, et vise à développer des mimes de la surface du coronavirus SRAS-CoV2 sur une nanoparticule non-infectieuse d’Adénovirus avec une visée vaccinale ou de criblage d’antiviraux.

Analyse de la réponse immunitaire

Dans le cadre de l’appel Flash Covid-19, l’ANR a également sélectionné le projet "AM-Cov-Path", coordonné par l’IDMIT, auquel participe le groupe " Complement, anticorps et maladies infectieuses " de Pascal Poignard à l’IBS. Ce projet porte sur l’étude dans un modèle préclinique de la pathogenèse de l’infection par le SRAS-Cov-2 et en particulier sur le rôle des réponses anticorps dans la protection contre ce virus. Cette étude pourrait contribuer à mieux comprendre si les patients convalescents de la COVID-19 sont protégés contre une ré-infection, et concourir à la mise au point de candidats vaccins et de thérapies à base d’anticorps monoclonaux.

Participation au projet international Covid19-NMR

Le groupe "Flexibilité et Dynamique des Protéines par RMN" de Martin Blackledge participe au projet international Covid19-NMR, qui réunit actuellement des équipes de recherche de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique du Nord et du Sud. Le consortium utilise la RMN pour faciliter la recherche des cibles pharmaceutiques qui pourraient potentiellement inhiber le virus. Les résultats sont immédiatement mis à la disposition de la communauté internationale via le site web du consortium. Par ailleurs, le groupe de Martin Blackledge s’intéresse en particulier au processus essentiel de réplication virale de la nucléoprotéine.

Toutes les activités en laboratoire font l’objet d’une évaluation de sécurité complète avant de commencer et la distanciation sociale et autres règles de sécurité ont été mises en place pour protéger la santé du personnel de l’IBS.